17 mai : journée internationale contre l'homophobie

Publié le par jc54

L’homophobie : une réalité dans notre pays, des chiffres, des victimes.

Parce qu’ils étaient homosexuels, Dominique Leclère a été assassiné à coups de crosse de fusil, Bruno Wiel tabassé et plongé dans le coma, Laurent Baudouin et Nicolas Concourdel grièvement blessés par des cocktails Molotov… Ce ne sont là que quelques exemples car on compte en France trois agressions homophobes par jour. Il faut pourtant pousser le constat plus loin. Pour une agression homophobe, combien d’insultes publiques et privées ? Un député (de droite, évidemment…) qui compare l’homosexualité à la zoophilie et la pédophilie ; des musiciens qui chantent tranquillement « Je crois qu’il est grand temps que les pédés périssent, coupe leur le pénis, laisse les morts, retrouvés sur le périphérique »… Cette homophobie très répandue brise bien des vies de jeunes. Ainsi, un adolescent homosexuel risque jusqu’à treize fois plus de se suicider qu’un adolescent hétérosexuel.

 

Au-delà des actes et des mots des uns, l’homophobie d’État.

« Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » Oui, enfin, s’ils ne sont pas homosexuels car sinon, ils peuvent oublier le droit au mariage, à l’adoption… Comment croire que cette homophobie d’État ne nourrit pas l’homophobie du quotidien ? Face à cela, que propose la droite ? La droite était contre le P.A.C.S., elle est toujours contre le droit au mariage et à l’adoption. Là encore, Sarkozy, Bayrou et Le Pen se retrouvent : tous unis pour les discriminations !

 

QUE PROPOSONS-NOUS ? Les jeunes communistes portent une société émancipée, du respect et de la différence, et, par conséquent, sont opposés à toutes les discriminations. Une lutte effective contre les discriminations passe par l’égalité des droits. On ne peut pas accorder aux uns ce qu’on refuse aux autres. Rien n’autorise à interdire le mariage comme l’adoption à deux personnes qui s’aiment.

 

Un travail de mémoire. Les homosexuels sont souvent effacés de la mémoire collective. N’oublions pas, par exemple, qu’Hitler envoyait dans les camps les Juifs, les Tziganes, les communistes… mais aussi les homosexuels.

 

Une évolution des mentalités. Les clichés sur les homosexuels (garçons efféminés et filles camionneuses) ont la vie dure. Faisons-leur la peau ! Chacun doit pouvoir vivre sa sexualité, sans avoir à subir les préjugés, les pressions des uns et des autres, que ce soit au niveau familial et social comme au niveau institutionnel.

 

Commenter cet article